Aller au contenu


Couper La Hampe Ou Pas ?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Invité_Steph_*

Invité_Steph_*
  • Invités

Posté 21 avril 2004 - 11:59

C’est une question à laquelle tous les membres du forum ont été confrontés un jour où l’autre (les anciens : on se marre pas :P :blink: :blink: ) ! Le genre de question qui relève de la cérémonie cabalistique pour les orchidophiles débutants, et qui crispe les plus anciens car nulle autre question n’est plus récurrente que celle-là, en tout cas ici.

C’est pourquoi je vais essayer d’apporter quelques éléments dans ce post afin d’essayer de donner une réponse « standard » aux nouveaux :

Couper une hampe est un choix fait pour préserver l’esthétique de la plante lorsque cette dernière a fini de fleurir, rien de plus, rien de moins ! Dans ce cas, on coupe la hampe à sa base à l’aide d’un instrument désinfecté pour éviter la transmission de maladies.
A titre personnel, je déteste voir des hampes (même encore vertes) toutes dégingandées, donc, je coupe de façon « presque » systématique, même chez les Phalaenopsis.
Là où il faut faire attention, c’est au « presque ». En effet, si pour la plupart des espèces et hybrides, une hampe défleurie est une hampe à couper tôt ou tard, il existe un certain nombre d’exceptions à la règle, et non des moindres. Chez ces plantes, non seulement une hampe peut donner de nouveaux boutons après disparition des fleurs, mais cela peut en plus se produire pendant plusieurs années consécutives.

Voici une liste (non exhaustive) des plantes plus ou moins répandues dont on évitera de couper les hampes avant leur complète dessication :


Broughtonia, Cattleytonia, Laeliocatonia
Coelogyne (groupe usitana, speciosa, salmonicolor)
Comparettia
Encyclia (cochleata…)
Epidendrum (en particulier nocturnum, pseudepidendrum, ilense pouvant donner des fleurs pendant plusieurs années à partir d’une hampe d’aspect sec à l’extérieur)
Galeandra
Haraella
Oncidium equitants (Tolumnia)
Paphiopedilum à floraison séquentielle (glaucophyllum, chamberlainianum, primulinum ainsi que tous leurs hybrides, comme Deperle, Delophyllum, Pinocchio, Honey…)
Phalaenopsis (violacea, bellina, javanica, amboinensis, cornu-cervi, lueddemanniana, sumatrana, amabilis, equestris etc. ) ont des hampes qui peuvent durer années : c’est moins flagrant chez les autres en particulier chez schilleriana qui ne refait pas de boutons en principe, mais dans le doute…
Phragmipedium (une majorité)
Psychopsis (tous)
Rodriguezia (parfois, mais là encore dans le doute...)